! Avertissement !

! Les textes et illustrations du Ricaneux sont la propriété de la famille DELOCHE. Toutes copies non autorisées feraient l'objet de poursuites !




Le Ricaneux et le nouvel an







Ma viûx Mimile !


Ej' sau bin content, j'vins d'rachter à la Zoé un bout de pré qu'elle ava pa dri d'chu nous, et tu sais bin qu'sa fait m'n'affaire à mi qu'aime bin les bêtes ed' penser qu'ej pourrau awoi des pouilles, des lapins, des canards et mînme des zauilles…

J'va leu faire des baraques pou s'mett' à co. Seulma y m'faura des bricoles, et c'est pou ça qu'ej t'awoye un papii avé la liste d'es qui m'faut.

Ej' sais bin qu'tu z'ai des r'lations à la ville ti, et d'puc on t'frait p'tête un prix.
N'est d'ces magasins là, quand on y met les pîids on n'woi pu persounne,…à s'demander à douesse qu'les vendeux sont passés.

Coume on arrive au jour d'l'an j'a profite pou vous la souhaiter bounne à tertous ! tu sais bin qu'on n'fait pon d'chiquet entre nous…et qu'ej s'rai bin content ed'sawa qu'ça va chu vous, qu'nest pon de malades, et qu'les z'afants travaillons bin à l'icole…Ah! ah! si seulema c'jour la état d'ja passé!

Dire qu'c'est la mînme ranguain'n tous les z'ans, et qu'na n'est qui t'la souhaitons, et qui vourint d'ja t'woir bouffer les pichalits pa la racine !

Et ceux la, qui profitons pou t'faire avaler leu mauvaise goutte !

Ej' sais bin, qu'da l'ta c'état yaûque pou nos viûx es' jour là, et qu'nava des abrassades à na pu fini !

Allé va n'parlons pu d'tout ça, et n'oublie mi ma baraque à pouilles !
a
a
a

L'bateux d'tambour !





La smîn'e passée mi l'Ricaneux j'sau allé au concert des  "Amis Réunis" da l'église toute nuve d'château-Regnault en face des Vanelles  à quéques pas d'adouesse qu'l'enchanteur Maugis ava sa tanière….en vrai sanglii….! Sur'ma qu'ej sau mi fait coumme les z'auts mais à travers leu musique j'croyau attad les sabots du ch'val Bayard….

Ej' sau ti chauvin ?....j'en crois mi….et pourtant ça s'ra ti p'tit Barrou qui m'arra inspiré….?

Na n'est qui n'avint mi co mi les piids da la nouvelle église et qu'on découvert l'rétable du père Feuillin ! si vous z'au du goût pou la peinture vous pourrez p'tête finii l'dessin à la coupette….mi l'Ricaneux j'sau content d'woir qu'nava du monde et mînme du biau monde…pou peu n'ara pu yu d'place…y faut dire qu'les "Amis Réunis" Brautins, Nicapouilles, Casterenaudins,tous Bognichons n'faisont qu'une seule société. Alors qu'avant 40 les musiciens d'chaque coummune se r'gardin en chiens de faïence ! et si j'vous parle d'tout ça c'est que mi aussi j'ai fait partie d'la musique et j'em rappellerait toute ma vie un'e répétition sous la halle… L'père Lacoine v'na d'faire raccorder les instruments….ça détonna, y n'y comprenna rin et pis la baguette tapa su l'pupitre…"bé c'est quoi qu'tu joues ti l'Maurice"….."bé su ma carton…l'calif de Bagdad"…"tu n'a n'ai pon d'auts, tournes ta carton et tu pourrai p'tête jour coume nous Poete et paysan.

Les concerts su la place c'état co aut chose…falla woir les  Sangliis qui battint la m'sure, les partitions qui s'envolint, surtout à la p'tite fête…et l'solo à deux ! j'en parl'rai mi du banquet…mais bin longta da la nuit nava co l'rigodon qu'i f'sa  penser aux Belches en turlututu à la foire à Givet à douesse qu'les employés d'gare les poussint au cul pou monter dans les wagons tellema qui z'étin astiqués.

Un matin d'nouvel an, nous vla réveillii en sursaut, j'avau d'abord cru qu'c'état les trompettes de Jéricho…penses tu c'état la musique du village qui v'na souhaiter la bounne année à son président stoula qu'est boulanger et qu'état d'ja sorti d'sa pétrin….coumme les ceux qu'étin su leu passant en paniau à écouter la fanfare. L'bédot, l'péquet y falla bin ça pou réchauffé les musiciens qu'avint les doigts adjalés.

C'néta mi co l'ta d'la télé….y falla trop bin des sous, mîn'me pou z'acheter un gramophone, n'ava bin moyen d'es faire un poste à galène bin sur…mais…!

Da no coin n'ava un ricaneux qui n'connaissa mi co ses notes mais qu' l'harmonie ava passé un'e grosse caisse….et chu nous quand y s'metta à battre ça faisat trembler les assiettes et les bols, y falla s'mett' ed la woite da les oreilles….min'me el chourd d'en face l'attada. J'crois bin qu'si l'ava existé du ta d'Napoléon y n'ara jamais yu  d'Waterloo et qu' les lignes ennemies arra té saccagiie en moins de cinq…pourtant on ai toujours dit qu'la musique adoucissa les mœurs…..et bin mi l'Ricaneux ej sau d'accord !





L'cousin du Ricaneux au restaurant !




El' bruit qu'vous z'attadez m'rappelle un mien cousin qu'ava un' petite forge et qu'c'était sa p'tit chien qui faisa tourner la roue pou donner du vent coume vous z'au pu woir a Grada près des Riwirs, ou à Gespunsart ou Nûnmani. Ça métoun'ra qu'vous n'arrez pas vu un' carte postale de c'ta là !
Pou nous z'aut's les vieux on n'ai connu tout ça.
On n'parla guèr' du pétrol à c'moment là, n'ava pon d'problème y falla faire du fu, et du bon fu ! Pou faire chouffler la forge et faire rougi la ferraille pou la frouchi, et l'applatr. El' cousin' es' donna bin du mal allé!
L'vé d'boun' heure et couchi bin tard, sa p'tit tchien aussi qu'état crévé et qui tira un' langue à n'a pu fini tell'ma qu'il ava soif...
Payer la houille, payii la ferraille d'avance et n'touchi des sous qu'bin lonta après, pasqué les gens n'étint mi pressés, et quand on l'paya ça alla co. C'éta bin dur allé!
Auusi un' fois qui l'état bin odé et afflachi su sa chaise et qui paya la goute à un viux ch'minot s'toula li dit: tu t'fai créver ma pauv' afant. Vin avé nous su la voie, on n'est mi si malheureux, d'abord qu'on coumace à l'heure on n'nou dit rin et pis on peut prenr' el' train sans payi.
Et pi sans gagni 'gros on n'ai toujours sûr d'awoi sa paye...
Ma cousin gratta sa nez et farfouilla da ses ch'veux qu'étint collés pas la crasse ed' la journée, on sata bin qu'ça l'faisa réfléchii ! Crois-tu qu'on m'en prenrais ? Pourquoi mi ? va don woir el chef de gare, qui s'occupe d'la p'tite vitesse en min 'me temps. Après awoi passé un' nuit à réfléchi el cousin dit à sa femme: J'va aller trouver c' t' houm'la. Ah ! tu n'vas mi y aller en bleus, va t'raproprii et met tes biaux soulliis...
Pourrez-vous racrochi des wagons qui li dit l'chef de gare qu'ava un biau képi avé des étoiles et d'la dorure pas d'ssus. Et si vous pouvez vous faire pistonner ça na vaura qu'miux. Pasqué l'piston ça fait partie d'no métii et san lou on n'woi guère couma qu'les locomotives s'a nirint.
Ma foi y li doune un papi à rempli et l'cousin qui n'y croya pu ava té app'lé à s'rend à la ville.
Les jambes erployies pasqu'i n'état mi bin à l'aise da un' petite table d'icole on li ava fait compter quéqu' chiffres et faire un' pétite dictée. Vers les midi y moura d'faim y n'ava mi té question d'li faire un' pétite marinde. Sa femme li ava dit pou un' foi ti z'irais mangi au restaurant. Lou qui n'état jamais sorti d'sa trou en' sava guère à douesse aller.
Heureus'ma qui l'ava rencontré l'Zidor, Vin avé mi on n'est bin nourri, tu woirais et c'nest mi des racoleurs et c'état bin vrai.
C'qui l'ait mangi c'jour là il l'ait raconté à tout l'monde, Et en montrant su ses doigts. D'abord du musiau d'cochon qui dit, des poids d'terre à la plate avé un bout d'bu richolé aux ougnons qui dit, un' poume dé grise bin rachichouffée et bin douce qui dit, et un' tasse dé bédot qui dit. J'ai p'tet oublii d'vous dire qu'pou faire deschade tout ça y l'ava yu un' pétite chopine. Oh ! mi grand yoque ça tint tout juste un' paire dé canons.
Bin sûr la cousine li faisa des bounes potés avé les légumes du jardin, des z'haricots avé un' boune crosse, du choux rouge, avé d'la saucisse, des pichalis avé des z'ux cuits dur, dés champignons qui ramassint da les prés d'la Webette, du lapin avé l'sang raccachi da un bol apré li awoi crévé un ziu. Et j'crois bin qui l'état binaije dè s'woir atablé ed'vant un' petite nappe blanche avé un' serviette autour du cou et qui l'état bin tranquil' sans attad' sa femme marner pou des rins pendant qu'on mange. Qu'elle disa qu'elle ava té obligii d'monder les lapins, qui n'ava mi fait attention à ses chaussettes qu'étint brulées pa les pétons, et qu' nva des mauilles dé trous, qui l'ara pu faire attention à ses bleus qu'elle ava r'passé la veille et qui pourra s'occuper des z'affants. Et qui n'ava pon d'pu d'malheureux qu'li et qu'si elle ava su c'qui l'attenda elle né s'ra jamais marii avé lou, ...et dire qué da l'ta y buvint da l'même verre...!


Esprit es-tu là ?





A c't'heure qui n'y ait des soucoupes qui circulont d'a l'ciel n'pense pu qui n'y ait des tables qui tournont par terre, Et pourtant mi l'ricaneux j'a n'ai fait tourner pu d'une.

Pas seulement des guéridons, pas seul'ment des p'tites tables à quatre pattes, mais des tables bin lourdes, sans ferrailleries alentour, enfin des vrais bahuts quoi! Mais en bois d'arbre !

El' grand-père et moman faisint d'jà tourner les tables avant. Avint t'y un fluide ? Etint t'y faits autrement qu'les z'auts ? J'na sais rin ! Mais c'qui ait d'sûr c'est qu'les tables tournint ! Vous direz qu'ej sau fou, qu'ej sau un'vrai, mateux ! C'n'est mi vrai ! et les ceux qui n'me croyons mi n'ont qu'à v'ni m'woir.

N'a n'est qui vous diront qui faut rester da l'noir et allumer des chandelles, N'a n'est qui vous diront qui faut boire du bédot bin fort, n'est rin d'vrai da tout ça! et les esprits n'ont mi peu d'vous, ni d'la clarté! n'est pon d'mise en sîn'e la d'dans, j'en sau mi medium non pu et j'va vous raconter couma qu'sa s'passe et vous pourrez essayi vous mîn'me !

Asseyez-vous autour d'une table, mettez vos mains d'ssus en écartant bin vos doigts ed'façon qu'vous touchez les ceux des woisins, n'appoyez mi et attadez ! Au bout d'un moment si vous n'rigolez mi d'trop vous z'attadrez des p'tits craquements coume quand on décha les escaillis du guernii su ses chaussettes, alors vous direz:

« Esprit es-tu là ? ».

Si oui, frappe un'e fois... et la table toqu'rai p'tête un coup su l'planchi et si elle n'est mi co prête r'coumaçez.

« Esprit, es-tu là? ».

Si elle né toque mi, elle va p'tête vouloir tourner, r'culez vos chaises et laissez la faire, pasqué les esprits sont souvent contrariants et quand vous woirez qu'elle est bin en route, posez-li des questions et surtout n'vous foutez pas d'li pasqué elle pourra d'veni arragie,

« Esprit, es-tu là? ».

La Germin'e arrait y un n'afant ? Si oui, frappe un'fois si non, frappe, deux fois,

No Jules arrait-t-y ed' l'embau-che à la grosse boutique? et toutes les questions qu'vous pourrez li poser.
Un'fois j'em rappelle qu'on li ava d'mander pou un cousin quant t'est ce qu'ça s'r'a la noce avé l'Albertine? on arra cru qu'la table bouda ! Elle ne bougea pu, il ai fallu er'poser la question... et elle ai répondu non !

Nous z'aut's on n'éta r'tournés pasqué les afants qu'étint là avint l'air ed' bin s'aim'er et qui n'es gînnînt mi pou s'abrassii d'vant nous, mînme qu'ça nous z'embéta putot. N'est qu'bin longta après qu'on s'est rendu compte qu'la table ava dit la vérité, et qu'ces deux z'arlands la étint partis chacun d'leu côté.

Don essayez vous mînme et faites coume j'vous ai dit et si vous voulez faire peu à ceux qui sont là et qui n'y croyons mi d'mandez à la table ed' douner des coups da l'mur et croyez-mé, vous z'attadrez du boucan.

A croire que tout va choir su vo tête, et n'a n'est pu d'un qui sentirait ses ch'veux s'dressi et d'veni coume des baguettes à tambour.

Si vous dormez bin c'té nuit là, vous z'arrez d'la chance et j'crois qu'un bon bol de tisane en 's'rait mi d'trop pou vous z'adormi.

Si vous n'au jamais gagni au loto ou au tiercé avé les canassons du Léon, app'lez mé ! la table vous don'nrait les bons numéros ou les tchvaux qui arrivont les premii au potiau.

J'espère qu'vous ma donnerez une miette quand vous l'arrez touchii !

Attendez ! j'oubliau d'vous dire qu'pou faire tourner la table mettez la su un planchii ou bin su n'moquette pasqué si elle glisse su un carr'lage ou yoque ed'ciré, vous n'pourrez rin tirer d'li pasqué n'oubliez pas qu'les esprits n'on mi les piids su terre.